Le confort thermique au bureau

Selon une étude, près de 80% réalisée en 2017, près de 80% des employés se plaignent des températures dans leurs bureaux : trop froid en hiver, trop chaud en été. Dans ces conditions, leur bien-être sur leur lieu de travail, et de fait leur productivité, sont remis en cause. Le confort thermique devient de ce fait une préoccupation première pour les employeurs.

Comment définir le confort thermique au bureau ?


Le cadre du confort thermique est donné par la norme ISO 7730 et se définit comme la satisfaction exprimée à l’égard de l’ambiance thermique d’un environnement, en l’occurrence le lieu de travail.

Le confort thermique est une sensation physique, liée à la température, et propre à chacun d’entre nous. En hiver, un bon confort thermique est lié à une sensation suffisante de chaleur (Ni trop, ni pas assez). En été, il faut limiter cette sensation de chaleur et plutôt assurer une certaine fraîcheur à l’intérieur des bureaux. Le confort thermique peut donc se définir comme la sensation de bien-être ressentie dans une ambiance donnée, et relative à plusieurs critères, à la fois extérieurs et relatifs à chaque individus.

Quels sont les paramètres qui définissent le confort thermique dans des bureaux ?


Tout comme pour une habitation, le confort climatique dans des bureaux repose sur de plusieurs critères, comme la température l’humidité, la qualité de l’air… et sur des critères liés à la personne elle-même.

Le confort thermique au bureau et la température ambiante

Il est très difficile d’obtenir une température ambiante satisfaisante pour tous, d’autant plus que hommes et femmes ne ressentent pas de la même manière les températures et différences de températures. Une femme aurait plus tendance à se plaindre du froid en hiver, quand un homme se plaindra de la chaleur en été.

Pour obtenir un confort thermique satisfaisant pour tous, il faudrait paramétrer une température de consigne située entre 20°C et 22°C en hiver, et proche de 25°C en été.

Mais attention, d’autres paramètres comme le taux d’humidité ou les mouvements de circulation de l’air jouent également un rôle dans le ressenti de chaud ou froid.

Confort thermique et humidité de l’air (ou hygrométrie)

L’humidité relative de l’air intérieur influence énormément votre sensation de confort thermique. Elle doit, dans l’idéal, se situer entre 40 et 60%. Un air trop humide nous incitera à augmenter la température de la pièce ; un air plus sec à la diminuer. De plus, un taux d’humidité trop faible (inférieur à 20%) pourrait causer un assèchement des muqueuses et de la peau et donc un grand inconfort. Il pourrait également entraîner la formation d’électricité statique et nuire au bon fonctionnement de certains appareils. A l’inverse, un taux d’humidité relative trop élevé (> 70%) pourrait entraîner la formation de condensation sur les surfaces et différents matériels et provoquer des dégradations.

Pour réguler au mieux le taux d’humidité d’une pièce et obtenir un pourcentage idéal, il est recommandé de mettre en place une ventilation mécanique contrôlée, qui assurera un renouvellement de l’air dans toute la pièce de façon automatique.

Confort thermique et température de rayonnement

Le rayonnement thermique représente, avec la convection et la conduction, l’un des phénomènes physiques qui autorisent le transfert de chaleur. Il ne requiert pas la présence d’un matériel intermédiaire particulier et peut donc se transférer à travers le vide. Ex : le soleil.
Les sources de température de rayonnement comprennent par exemple les sols et les fenêtres.Ainsi, des fenêtres mal isolées peuvent rendre une pièce froide en hiver, et le soleil peut rendre la pièce chaude en été. Une majorité de personnes est sensible aux plafonds chauds et aux surfaces verticales froides, comme les fenêtres.
Toutes les machines en fonctionnement (photocopieurs, ordinateurs, …) sont également sources de chaleur. Il est également évident que plus il y a de personnes dans une pièces, plus la température paraîtra élevée.

Confort thermique et courants d’air

Un courant d’air se définit comme un phénomène de mouvements naturels d’air ou de mouvements mécaniques. Il apparaît naturellement par différence de température. Les courants d’air peuvent être très agréables en été car ils favorisent la transpiration. Ils sont cependant très désagréables en hiver car ils favorisent les échanges thermiques entre le corps et l’air par convection.

En été, on essaye de jouer avec des ouvertures stratégiques afin de créer des courants d’air rafraîchissants ; En hiver au contraire, il est préférable de les éviter car source d’inconfort. Le choc thermique lié à ces courants d’air est souvent à l’origine de nombreuses maladies comme les rhumes ou les angines .

Confort thermique et facteurs humains

Le confort thermique est également lié à l’énergie métabolique (c’est à dire les activités réalisées) et aux vêtements portés par les personnes. Plus une personne aura une activité physique intense, plus sa sensation de chaleur sera importante. L’âge et la physiologie de la personne sont également des facteurs qui influencent la sensation de confort thermique de chaque individu.

Quels sont les enjeux d’un bon confort thermique pour les entreprises ?


Quel que soit le secteur d’activité dans lequel vous évoluez, les contraintes thermiques varient en fonction des saison, du poste occupé et de l’environnement proche de travail. Ces différentes contraintes peuvent être sources de différents maux (fatigue, céphalée, nausées, crampes) – Autant de signes liés à des coups de chaleur ou déshydratation qu’il faut prendre en compte. De la même façon, le froid peut avoir de grosses répercussions sur la qualité du travail fourni ( TMS, perte de dextérité, etc.) et parfois même source d’accidents plus graves.

Nous pourrions également évoqué les chocs thermiques, stress physiologique lié par des changements soudains et très rapides de la température.

Ainsi, de mauvaises conditions thermiques de travail pourrait non seulement influer sur le bien-être, l’efficacité et la productivité et de vos salariés, mais pourrait également avoir des conséquences sur leur santé.

Quelles sont les normes de température ambiante au travail ?


Le Code du travail oblige l’employeur à procéder à l’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs liés à l’ambiance thermique. (Article R 4121-1 du Code du travail). Il définit les températures extrêmes déclenchant l’obligation de prévention de la pénibilité (Article D 4161-2 du Code du travail).

Il précise que les locaux fermés affectés au travail doivent être chauffés pendant la saison froide. Le chauffage doit être assuré de telle façon qu’il maintienne une température convenable et ne donne lieu à aucune émanation délétère.

  • La température des locaux annexes, tels que les locaux de restauration, de repos, pour le personnel en service de permanence, sanitaires et de premiers secours, doit répondre à leur destination spécifique. (Articles R 4223-13 et R 4223-14 du Code du travail)
  • Les constructions nouvelles, abritant des locaux affectés au travail, doivent permettre d’adapter la température à l’organisme humain pendant le travail, compte tenu des méthodes de travail et des contraintes physiques supportées par les travailleurs. (Article R 4213-7 du Code du travail)
  • De plus, les travailleurs doivent disposer d’un local leur permettant de rester dans des conditions à préserver leur santé et leur sécurité en cas de survenance de conditions climatiques défavorable. Les chantiers doivent garantir les conditions équivalentes. (Article R 4534-142-1 du Code du travail)
  • Par ailleurs, les équipements des postes de travail ne doivent pas produire un surcroît de chaleur susceptible de constituer une gêne pour les travailleurs. (Article R 4542-12 du code du travail)
  • Enfin, une norme internationale présente des méthodes de prévision de la sensation thermique générale et du degré d’inconfort (insatisfaction thermique) général des personnes exposées à des ambiances thermiques modérées. Cette norme préconise que la température s’élève dans les bureaux à 20 à 22 °C, dans les ateliers avec faible activité physique à 16 à 18 °C et dans les ateliers avec forte activité physique à 14 à 16 °C. (Norme X35-203 de mars 2006)

Source : sante-securite-paca.org

Comment améliorer le confort thermique dans ses bureaux ?


Durant l’été

Qui n’a jamais subi les odeurs de transpiration parfois fort incommodantes de certains de ses collègues en été ?
Installer une climatisation permet de rafraîchir l’air ambiant, mais également de le renouveler afin d’offrir une ambiance thermique agréable.
Attention cependant de ne pas positionner de bureau juste en dessous des appareils ou grilles de ventilation, afin de ne pas exposer vos salariés aux différents mouvements d’air.

Durant l’hiver

Même si le Code du Travail ne mentionne pas de température minimale pour travailler, il impose cependant certaines règles à l’employeur pour protéger les salariés des conséquences dues au froid.
Installer un chauffage peut donc être une solution idéale pour obtenir et maintenir une température de travail convenable.
Attention cependant à ne pas transformer vos locaux en sauna ; la santé et l’efficacité de vos salariés pourraient en faire les frais.

Les climatiseurs réversibles : la solution idéale !


Un climatiseur réversible est un appareil thermique qui permet d’assurer le réchauffement de vos pièces en hiver, et de les rafraîchir en été. In est constitué d’unités intérieures et d’unités extérieures ; un compresseur et un fluide frigorigène assurent le transfert de puissance en fonction des saisons.

Vous profitez donc de 2 appareils en 1. Vous réalisez donc des économies budgétaires et bénéficiez d’un gain de place conséquent. Un climatiseur réversible permet également d’absorption de l’humidité et l’assainissement de l’air.

Les solutions de climatisation réversible AFR


Les solutions de climatisation réversible proposée par AFR Climatisation vous permette d’instaurer une “ambiance thermique”agréable toute l’année et en toute saison, tout en limitant vos dépenses énergétiques et émissions de CO2.

La température de chaque zone peut être réglée individuellement en fonction des volontés de chacun.

Pour vos petits espaces, vous pouvez installer la climatisation commerciale Sky Air, composée d’une pompe à chaleur, de commandes conviviales, d’un système de ventilation et de rideaux d’air pour les entrées ;

Pour une configuration sur-mesure, la climatisation commerciale “groupe d’eau glacée” peut-être une solution : elle se compose d’une unité de traitement de l’air, d’une unité de refroidissement, de ventilo convecteurs et de systèmes de commandes ;

La solution VRV (Variable Refrigerant Volume) vous permet de trouver la température idéale pour chacune de vos pièces et d’offrir ainsi un confort de travail optimal pour vos salariés.

Comme pour les occupants d’un logement vos salariés restent les plus à même de définir ce qu’ils considèrent comme ambiance thermique agréable de travail. N’oubliez pas que les salariés sont souvent exigeants, et que près de 80% d’entre eux se plaignent des températures dans leur bureaux et sur leur lieu de travail. Leurs attitudes et “état de santé (inertie ou hyperactivité, céphalées, manque de productivité, etc.) peuvent être des signes d’un certain inconfort. Il sera alors temps de revoir vos installations pour offrir le meilleur confort thermique à vos employés.

Pour en savoir plus sur nos solutions de confort thermique, n’hésitez pas à vous rendre sur notre page dédiée.